GermanTour – Phantasialand et adieu

Neuvième et dernier bilan du voyage, bien que ce ne soit pas la dernière livraison, j’ai préparé une finale qui est celle qui vous sera la plus utile. Comme vous vous en souvenez peut-être, la dernière critique que j’ai écrite était la première partie du grand parc allemand Phantasialand, où nous avons vu les régions du Mexique, Mystery et China Town. Dans celui-ci nous finirons de voir ce qui reste du parc et nous dirons adieu à ce magnifique voyage qui s’est terminé il y a plus d’un an, en fait je suis si lent que cela m’a donné le temps de faire un autre voyage et tout, que je vais commencer à raconter quand j’en aurai terminé avec celui-ci.

A l’intérieur du Parc

Comme je l’ai expliqué brièvement dans la dernière revue, l’entrée du parc de l’extérieur est très peu prestigieuse, elle n’est pas à la hauteur d’un parc comme Phantasialand. Après l’avoir traversé, il faut descendre un escalier qui nous mène à la rue principale du parc, à thème dans les rues de Berlin (en fait le quartier porte le nom de la capitale allemande). L’avenue et la place, qui forment l’ensemble de la zone, est très belle, les bâtiments sont très résultatones et monter pendant que vous voyez Wellenflug (les chaises volantes mythiques du parc avec des fontaines qui suivent leur cycle) est assez magique.

Hôtel Tartüff : en d’autres termes, la “maison du rire” du parc. Le meilleur que j’ai essayé (il est vrai que j’en ai essayé peu, mais je n’ai pas besoin de visiter plus que celui-ci avait un niveau très élevé). Comme son nom l’indique, il est thématisé dans un hôtel, en fait vous commencez à une réception et devez monter dans un ascenseur. C’est très bien fait, et c’est drôle que tout ait tourné à 180 degrés. Énormément drôle et essentiel pour vous faire rire.

Maus au Chocolat : quelle belle balade ! C’est le premier tournage de ce modèle que j’ai essayé et la vérité est que j’ai adoré. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, au lieu de tirer sur des lumières animatroniques, dans ce modèle, vous vous arrêtez devant des écrans avec des lunettes 3D et tirez virtuellement. Il s’agit d’une fabrique de bonbons et nous devons achever l’abattage de certaines souris qui se sont introduites en douce. Grande attraction, laissez derrière vous tous les tournages d’animatronique.

Nous tournons maintenant à gauche du parc où nous ne trouvons qu’une seule zone (le parc est beaucoup plus large à droite qu’à gauche, a une structure curieuse) qui serait une impasse, c’est-à-dire, si vous voulez sortir de là pour aller à un autre endroit, vous devez sortir où vous êtes entré. Il s’agit de Fantasy, une zone qui essaie de représenter une sorte de forêt magique assez flirteuse avec un espace extérieur et un autre totalement intérieur, qui s’appelle Wuze Town.

L’espace extérieur se compose essentiellement d’un certain nombre de manèges Kiddie, Wakobato (une promenade en bateau sur un lac avec des paysages différents que pour des raisons de temps nous ne pouvions pas essayer) et, bien qu’étant entièrement couvert, le plus long dessous de verre intérieur du monde ;

Temple of the Night Hawk : un dessous de verre assez curieux que je ne comprends pas très bien ce qu’elle peignait dans le domaine Fantasy. La station avait un thème de jungle et l’itinéraire est complètement sombre. Si je me souviens bien, j’avais jusqu’à 3 remontées mécaniques et c’était très long. En tant que sous-verre familial, il accomplit beaucoup de choses, il a des sensations douces mais bonnes. Je pense qu’ils s’en débarrasseront, mais je parierais sur la rethématisation et l’ajout d’effets en cours de route, car le dessous de verre lui-même est assez décent.

Nous entrons maintenant dans la ville de Wuze, une ville souterraine fictive d’une civilisation perdue où les femmes régnaient. Il est représenté dans un bâtiment assez grand (surtout en hauteur) avec quelques manèges pour enfants et le meilleur (ou le meilleur, ici ça dépend des critères de chacun) de la région et l’un des meilleurs caboteurs familiaux que j’ai essayé ;

Fear & Force de Winja : un duel de Maurer Spinning avec les éléments les plus surprenants et quelques surprises. C’est drôle parce qu’il y a des sections où ça ressemble plus à une souris sauvage qu’à une souris qui tourne. Les deux pistes, bien qu’elles semblent très évidentes, ont des différences qui font qu’il vaut la peine d’essayer les deux. Sans aucun doute l’un des meilleurs dessous de verre familiaux que j’aie jamais essayé, bien que personnellement il n’atteigne pas le niveau de mon Spinning préféré, Dragon’s Fury (Chessington World of Adventures). Je dois dire que c’est une chance qu’ils aient décidé de faire deux morceaux au lieu d’un, car l’attraction a généralement de longues files d’attente, même si les grands opérateurs du parc ne les rendent pas dramatiques non plus.

Vu toute la zone de Fantasy, qui n’a pas grand-chose bien qu’elle ne soit pas petite en extension (bien que cela changera radicalement l’année prochaine avec l’ajout du tout nouveau FLY), nous passons à la dernière zone du parc ; Deep in Africa. Une toute petite région avec une seule chevauchée (mais une seule) et bien, qui tourne autour des tribus africaines, dont on peut voir quelques défilés jouant des instruments caractéristiques avec leurs curieuses chorégraphies. En plus des montagnes russes, la région Afrique a également un accès direct à l’un des hôtels du parc, qui est extrêmement intégré à la région.

Black Mamba : une vraie surprise pour de bon, quelle merveille de dessous de verre ! Un inversé très proche du sol avec des sensations et un thème de classe mondiale. La première partie de la tournée est une vraie folie, assez intense pour être B&M et le sentiment constant de ne pas savoir où l’on va. Déjà vers la fin la variété des éléments et des sensations diminue avec pas mal de virages au sol mais ils sont aussi très intéressants, je suis un grand fan des caboteurs qui s’adaptent tant au terrain. Le thème est une vraie merveille, les queues les poutres entourées par les montagnes russes et une végétation profonde avec des chutes d’eau et tout. La station est aussi très cool. Sans aucun doute un crédit qui, bien qu’il ait une bonne réputation, mérite pour moi d’en avoir plus. J’emmerde le serpent !

Et voici l’analyse de Phantasialand, comme je l’ai dit dans la dernière livraison, mon parc préféré. Un parcazo où pratiquement toutes les attractions sont essentielles et l’expérience thématique est effrayante. Sans aucun doute un “must” tant au niveau européen que mondial. Selon la saison, il vous faudra un jour ou deux, nous avons pu tout voir et nous avons répété nos favoris en une journée, mais il me manquait encore une heure pour finir de déguster tout le parc. Voici un résumé de ce que j’ai aimé de plus en plus et de moins en moins dans un format plus schématique :

Choses à améliorer ou que je n’aimais pas

Horaire très réduit. Je pense qu’il est fatal qu’à la fin juin le parc ouvre à 10h (oui, il ouvre ses portes à 9h mais presque tout est fermé) et ferme à 6h (ce qui est vraiment avant car à 17h30 ils ont commencé à fermer des attractions).

L’entrée du parc est médiocre

River Quest était fermé toute la journée.

Inexplicablement il n’y avait pas de PhotoRide dans Taron ou Black Mamba.

Il n’est pas trop grand, ce qui signifie que même si les opérations sont bonnes, des files d’attente se forment.

Points positifs

  • La thématisation est la meilleure que j’aie jamais vue.
  • Presque toutes les attractions (sauf les enfants évidemment) en valent la peine, et il y en a pour tous les goûts et tous les publics.
  • Aucune attraction ne fait mal
  • Proximité et desserte facile de la ville de Cologne
  • Taron et Black Mamba sont des dessous de verre de classe mondiale.
  • Bonnes opérations
  • Il y a des attractions qui, même si vous ne grimpez pas, sont un spectacle de l’extérieur.
  • Le BSO de Taron devrait jouer dans toutes les émissions de radio.
  • Les employés sont habillés en fonction de l’endroit où ils se trouvent.
  • désir de ne pas partir qui vous produit
  • N’hésitez jamais à lui rendre visite ! On a de la chance de l’avoir si près.

Vers 18h30, nous avons quitté Phantasialand pour retourner à Cologne et nous reposer. Cela n’en a peut-être pas l’air, mais les longues routes du parc sont épuisantes et beaucoup. Quand vous aurez fini la journée, vous voudrez retourner à l’hôtel, et c’est ce que nous avons fait. Le lendemain, notre vol est parti la nuit, nous avons donc eu le temps de faire une dernière visite de la ville et de dire au revoir à la grande cathédrale qui s’élevait au sommet.

Nous sommes arrivés à Barcelone avec un retard de plus de 2 heures parce qu’à Barcelone tombait la pieuvre, ce qui nous a fait rentrer chez nous à l’aube. Très fatiguée quand je me suis endormie en sachant que c’était le meilleur voyage que j’avais jamais fait, ça en valait vraiment la peine, l’argent investi et le temps de préparation.

Comme je vous l’ai dit, il y aura encore une autre entrée où j’expliquerai tous les transports que nous avons pris, les prix que nous avons obtenus et les choses connexes au cas où quelqu’un voudrait nous copier le voyage.

Related Post